VERONIQUE GOEL
BIOGRAPHY FILMOGRAPHY TEXTS POSTERS LINKS

 

 

  LANDSCAPE ONE (2016)

 

video 4k, 16/9, couleur, muet, boucle 4'32''



Landscape One débute par un plan fixe où se distingue à l’arrière-plan le déplacement de télécabines. Alors qu’un panneau publicitaire vante la vue à couper le souffle, la caméra s’en éloigne en se déplaçant de plus en plus rapidement latéralement. Ces prises de vue saisies depuis le métro aérien rappellent les premiers films des traversées urbaines sur rail, les phantom rides. Contrairement au champ de vision maximal de la position dominante, dans Landscape One, le défilement contingent des vues dépasse les limites du cadre par une superposition de reflets hétérogènes. Entre surface et profondeur, la vitre n’est plus l’écran dissimulé et restrictif des parois en transparence des buildings, mais une pénétration visuelle de l’espace. À l’opposé d’une ville condensée en des points isolés et qui peut être appréhendée d’un seul coup d’œil, elle se déploie ici comme un territoire dense et stratifié dont l’échelle des grandeurs et les repères urbains retrouvent une visibilité. Le film passe en boucle, avec un effet d’attraction qui résiste à l’appréhension dominante du monde en panorama. Contrairement aux films touristiques qui scannent distraitement les lieux emblématiques de la ville, Landscape One défait la hiérarchie visuelle du territoire. La trajectoire inattendue interpelle le regard par un dépaysement effectif de l’environnement urbain.
Geneviève Loup

extrait de: Hidden Charms Une exposition de Véronique Goël